Mode à la Goutte d’Or

Laia Varela ou l’épure au fil du métal

Créatrice de bijoux contemporains, elle a récemment rejoint le Pôle des Gouttes d’Or de la mode et du design. Laia Varela nous livre quelques confidences sur son parcours atypique.

Laia cherche la beauté. Son idée de la beauté. Elle aborde les bijoux comme une extension du corps et de l’âme. Ses designs sont atemporels, minimalistes et géométriques. Elle aime l’idée du « less is more » : simplicité, naturel, recherche de l’épure.

La créatrice est originaire du pays basque où son père l’a sensibilisée à l’art durant toute son enfance. Après des études en langues étrangères, elle se spécialise dans l’anthropologie sociale et culturelle et effectue une maîtrise en Contextes Multiculturels et Plurilingues à l’Université de Mondragon en 2011. Parallèlement à son métier d’institutrice, elle s’aventure dans le monde du bijou et entreprend une formation qui lui permet d’obtenir un diplôme technique à l’Ecole Polytechnique de San Sebastián en 2014.

C’est lors d’un stage chez Amira Sliman que Laïa Varela découvre les quartiers de Montmartre et de la Goutte d’Or dont elle apprécie le côté chaleureux. Tant et si bien qu’elle y est encore ! Elle trouve à Paris l’inspiration pour ses pièces, y noue des collaborations avec des artistes de différentes disciplines.

C’est également chez Amira qu’elle a l’occasion de concevoir sa première collection. Désormais, elle travaille de chez elle et produit deux à trois lignes de bijoux par an. Curieuse de nature, elle s’efforce de capter l’essence de ce qui l’entoure : l’architecture, la sculpture, la photographie, la peinture, la culture… autant de sources d’inspiration.

Elle n’en oublie pas pour autant sa région natale et s’efforce de garder le lien avec le pays basque. Elle retourne régulièrement à San Sebastián pour des partenariats. Elle a dirigé des ateliers d’art pour les enfants sur Oteiza, Frida Kahlo, Alexander Calder et d’autres artistes de diverses disciplines.

Dans son travail, le processus de recherche a la même importance que celui de la création. Derrière chaque pièce il y a des lectures sur divers sujets qui l’intéressent. Puis viennent le croquis, l’esquisse et enfin la création de la pièce. Elle utilise des métaux comme l’argent et l’or, des tissus et d’autres matériaux. Toutes les pièces sont soigneusement faites à la main, une par une, avec un impact minimal sur l’environnement.

Tout au long de la Paris Design Week, Laia Varela présentera à la Galerie Wenge d’Amira Sliman sa dernière collection de bijoux. Il s’agit d’un ensemble de boucles d’oreilles, colliers, bagues et pins, en hommage aux œuvres de Paul Klee et inspirés d’un carnet de croquis de son père. Fabriquées à partir de métaux précieux, les pièces de cette nouvelle collection sont le résultat d’un travail de création en 3D.

LAIA VARELA

tél : +33(0)7 82 61 33 14
info@laiavarela.com
www.laiavarela.com